Histoire du Projet

Marbre peigné ondulé fontaine

 

 

Jalons

 

Printemps 2014, les membres rencontrent des représentants du Ministère de la Formation et des Collèges et Universités (MFCU) de l’Ontario pour esquisser le projet et discuter du processus pour établir le collège universitaire projeté dans le cadre de la Loi favorisant le choix et l’excellence au niveau postsecondaire. Le Projet est invité à soumettre un rapport pour une évaluation préliminaire afin de déterminer sa faisabilité des points de vue des règlements et des politiques du ministère et du bureau de la (du) ministre.

Décembre 2014, le Projet remet sa Proposition pour un collège universitaire numérique des humanités.

Avril 2015, la division des universités du ministère annonce que, la Proposition ayant été présentée à toutes les agences gouvernementales concernées, elle a été jugée compatible avec toutes les considérations de politique et priorités stratégiques ministérielles. Le Projet est invité à soumettre une demande formelle de consentement de la (du) ministre.

Mai 2015, le travail démarre sur des demandes de consentement pour l’établissement du collège universitaire projeté et pour offrir les programmes proposés par le Projet. Dans le cadre des préparatifs pour ces demandes, le Projet lance des sondages à l’intention des jeunes canadien(ne)s sur des plateformes de réseaux sociaux et interroge en parallèle des dirigeants de l’industrie et des universités afin de déterminer la demande pour les diplômes proposés.

Avril 2018, le Projet de diplômes numériques ès lettres est incorporé selon la Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif.

Mai 2018, le Projet soumet sa demande de consentement pour établir un collège universitaire.

Juin 2018, le conseil des gouverneurs tient ses premières réunions et élit l’équipe de direction du Projet.

Juillet 2018, le Projet est reconnu en tant qu’organisation charitable par l’Agence du Revenu du Canada.

Novembre 2018, le MFCU annonce que l’évaluation de la demande institutionnelle du PDNL est en cours. 

Septembre 2019, Le Ministre de la Formation et des Collèges et Universités donne son accord à la soumission du Project visant la première phase de l’assentiment pour désigner l’institut proposé comme collège universitaire et pour offrir les programmes proposés comme formations de premier cycle accréditées : la soumission est transférée à la commission indépendante de l’Ontario pour l’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire.


Sondages

 

Pour les données générales sur la demande chez les employeurs, le Projet s’est fié à des sondages menés par Statistiques Canada, par le MFCU et ses agences associées, et par des organismes d’employeurs tels le Conference Board du Canada. Ces sondages documentent systématiquement des niveaux élevés d’insatisfaction quant aux capacités en lecture et en réflexion des diplômé(e)s des programmes universitaires actuels chez une majorité des répondants.

Le Projet a également recueilli les avis de dirigeants d’industries et de membres de comités d’admissions de facultés de droit et d’études supérieures. Les employeurs et les académiques ont été virtuellement unanimes à dire que s’ils pouvaient engager ou inscrire des titulaires des diplômes proposés par le Projet, ils le feraient.

Afin de mesurer la demande et de déterminer ce que cherchent les étudiant(e)s prospectifs/ves en humanités, le Projet a lancé des sondages sur site web en les appuyant sur ses pages de média sociaux. Les sondages ciblaient des jeunes de 18 à 24 ans vivant au Canada et ayant un intérêt pour les humanités. Au moment où le Projet a complété sa soumission pour le ministère, 754 ensembles complets étaient inclus. Cependant, la version brève de 3 questions et la version longue de 24 questions des sondages restent ouvertes, et le Projet encourage tou(te)s les étudiant(e)s prospectifs/ves à participer de manière à ce que les programmes collent au plus près à leurs priorités.

Après avoir demandé aux étudiant(es) d’indiquer dans quelle branche des humanités ils s’intéressaient à étudier, la question leur a été posée de savoir s’ils aimeraient mieux étudier en ligne ou sur campus. Les résultats ont indiqué que 30% des étudiant(e)s prospectifs/ves en humanités préfèreraient un diplôme entièrement numérique à un diplôme suivi à un campus.

Les répondant(e)s ont ensuite été prié(e)s de comparer les programmes numériques présentés sur le portail des universités publiques de l’Ontario avec ceux présentés sur le site du Projet, et de dire lesquels ils préféraient. Malgré (ou en vertu de) la grande charge de travail et les exigences rigoureuses des programmes esquissés par le Projet, ils ont eu la préférence de 28% des répondants globalement, et de 47% des répondants ayant indiqué une préférence pour les études numériques.

Lorsque l’on superpose les résultats de la question sur le contenu des programmes (public / PDNL) à ceux de la question sur le format des programmes (en ligne / sur campus), les sondages montrent que 10% des répondant(e)s globalement ont exprimé un fort intérêt à l'un des programmes présentés par le Projet. Étant donné que les plans académique et financier du Projet supposent une part du marché des étudiant(e)s ontarien(ne)s en humanités d’un peu moins de 0,09% et une proportion bien moindre des étudiant(e)s en humanités extra-provinciaux(ales), les résultats des sondages indiquent que la demande estudiantine dépassera exponentiellement le niveau d’inscriptions anticipé dans les projections des plans du Projet. 


Échéancier

 

Le Projet a soumis au ministère une demande de consentement, actuellement au premier stade du processus d’évaluation, pour établir une institution nouvelle et pour offrir des programmes en Littérature anglaise, Littérature française, Histoire et Philosophie, les deux derniers en versions bilingues parallèles. Le Projet vise à soumettre toute documentation requise pour la phase suivante des évaluations de l’institution et des programmes proposés d’ici l’automne 2020.

Le processus règlementaire pour l’accréditation ministérielle recouvre les demandes et les évaluations aux niveaux des programmes, de l’organisation et de l’institution, et comporte trois étapes. Le ministère et le bureau de la (du) ministre mènent une évaluation initiale des demandes (étape 1). Elles sont alors transmises à l’instance indépendante de la province, la Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire, qui évalue l’organisation et les programmes proposés (étape 2). Les demandes sont alors renvoyées à la (au) ministre pour l’assentiment final (étape 3).

Le Projet vise à compléter toutes les étapes des processus de consentement avant la fin de 2021, et à ouvrir son portail aux étudiants à l’automne 2022.